LE SITE STEM-OUTDOOR

http://www.stem-outdoor.com

STEM patchwork

Trailer, skieur, montagnard...

...Bienvenu

ski de rando : le Mourre Froid

Le Mourre Froid qui culmine à 2993 m dans le massif du Chamsaur. Départ de Prapic (45' de Gap). Ce sommet domine la vallée de la durance à l'Est, et je suis monté par l'Ouest.
Le lendemain du trail d'Orsan ce fut une bonne récup active! avec 1600 mètres je pu m'apercevoir que la forme est là car le pouvoir de récupération aussi!


Demain , de jeudi à dimanche c'est parti pour le tour de la Meije

Trail du Camp de César ; Orsan ; Gard ; côte du Rhône


Où j'ai bien fait d'aller vu l'acceuil, le parcours proposé et la découverte d'un terrain nouveau. Un trail authentique d'un petit village de l'est gardois vers Orange sur un coteau du Rhône fort bien exploité : tournicoti tournicota! A en perdre le nord mais des successions variées de côtes (relativement courtes, mais nombreuses), de plateaux la plupart du temps en monotrace, de parties plus roulantes , de descentes escarpées...bref pas le temps de se déconcentrer. Pour parfaire sa technique et sa lucidité à l'effort c'était parfait. Avec en plus la visite de vestiges du temps des romains, ce qui ne gâche rien.
Je gagne cette course mais elle fut avec quelques rebondissements et jamais acquise.
Avant le départ petit déj tranquille sur zone où l'orga met à disposition café, pain, bananes...pour les convives ; tous les protagonistes du jours se retrouvent à 8h30 dans les starting bloc. Bon on les a pas abîmés car le départ est paisible mais très vite Stéphane Jouvance donne le train et je prends plaisir à faire cause commune avec ce sympatique coureur. Je connais ses qualités et les 1ères côtes ne surprennent que mes cuisses! La première descente, nous sommes alors 2, légérement détachés, je passe l'étroiture et engage une descente d'enfer pour tester. Je distance un peu mais à peine ; en revanche c'est lui qui met un coup de collier dans la 2ème côte et je le laisse filer...la course est encore longue. David Bianchetti me revient dessus et nous allons ensemble un petit bout jusque peu après le ravito 1. Stéphane a environ 2'40" sur nous d'avance (il file le bougre). David temporise (il finira 7) et pour ma part je me sens mieux et file bon train (je fais pas grève!) sur cette portion plutôt roulante entre Rav1 et Rav2. A ce poste on me dit 2'15". J'ai donc encore bon espoir d'autant plus que je ne craque guère sur les portions finales et que c'est plutôt mon point fort (on verra plus tard que c'est aussi le point fort d'un certain Florian!). Cette partie finale de 16 bornes est coriace et montées caillouteuses, descentes techniques et bois tortueux se succedent sans donner indices visuels de la concurrence. Ludovic Couderc, trailer, de l'organisation, me dit au passage technique que 20" me séparent de Stéph...mais je ne le revoie que 20' plus tard! Pourtant j'ai bataillé, à m'en prendre un coup de moins bien alors même que je le revoie enfin. Il reste 7 kil mais pas les plus faciles! Dans une montée raide, impossible pour nous à courir, je le distance et comme on avait convenu de finir ensemble alors je temporise un max sur le plateau zigzaguant....Mais qui ne vois-je pas apparaître à la place, le dit Florian (Perrier) parti prudemment (mais jamais bien loin en fait (2' environ de ma position) et revenu à mes basques. Qu'à cela ne tienne, ayant un peu récupéré je me dis que je dois être mieux et je mine sur une montée courte mais raide suivie de la descente la + technique du parcours. Je le distance et long plat puis remontée sèche et sévère additionnés à mon envie de bien faire, finissent par me mettre dans le dur mais l'arrivée est bientôt là et je peux enfin gérer mon avance d'1'. A l'arrivée je suis content de ce beau parcours qui m'a donné de bonnes senstaions malgré une semaine courte de repos après Ste Victoire et une reprise sérieuse de l'entraînement peu lointaine...


Demain rando à ski pour la récup ...et le plaisir sous le soleil, afin aussi de faire un bloc cette semaine, tout en essayant de récupérer progressivement des 2 courses successives. Ainsi je vise une surcompensation pour le Nivolet Revard, avec en plus de l'altitude entre jeudi et dimanche qui vient.

A l'heure où je complète ce CR la rando à ski est réalisée : 1600 mètres + le lendemain, jusque le Mourre Froid qui culmine à quasi 3000m... Rien de tel qu'une récup active! Et en plus poudreuse!

Photos de l'organisation en cliquant sur le titre de ce billet... Bonne visite.

Merci à Régis, à Ludo, à leurs épouses et toute l'équipe bénévole d'Orsan pour leur acceuil et gentillesse.

Trail d'Orsan & Trail Nivolet Revard

Ce we du 18 avril un trail que mes amis Dawa et Seb (Talotti) ont couru l'an passé. J'ai envi d'aller le découvrir à mon tour. Les saisons se répètent et il faut allez voir des épreuves authentiques. Des centaines de trails en france...Autant de pretextes pour allez visiter notre beau pays, avec sa nature...et ses gens!

Nivolet Revard de mon ami organisateur Bernard DONZEL c'est autre chose, plus sportive d'un point de vue de la concurrence. Oh je ne gagnerais pas surement Le Trail du Camp de César, que nenni! Peut être et aussi serais je surpris du niveau montant des jeunes (et moins jeunes) pousses.
En tout cas en savoie le niveau sera sur les tablettes des plus honiriques. Je tâcherais de donner le meilleur de moi-même tout en sachant que mon niveau baisse (en même temps que mon âge augmente), en tout cas sur ces distances. Mais ne baissons pas les bras! Ni moi, ni toi qui me lis. Chaque course est un challenge contre le temps et de cette victoire sur toi tu peux alors te comparer aux autres...lesquels vont taider à te transcender.
Ah philosophie quand tu nous tiens. Merci le trail pour nous donner ce support pour connaître notre niveau de combativité. La vie est un combat. On a pas le droit de le perdre. Heuresement que le trail n'est qu'un sport...
...à bon entendeur salut.

Trail Sainte Victoire 11 avril 2010

1 ère course de la saison : ça commence fort! Réveil naturel avant le départ. Mon réveil ne me ...réveille pas, Dawa a bien frappé à ma porte mais pas plus d'effet donc. C'est ainsi que à 7h30 j'emmerge. Et je fut vite debout, l'adrénaline déjà dans mes veines! Ca c'était pour la petite anecdote. C'est donc le ventre quasi vide (ma boisson favorite AUTHENTIC et un gel dans l'estomac quand même) que je prends le départ. Pas de montre (oubliée) donc c'est à la sensation pure que je prends le sentier en compagnie d'un beau troupeau de joyeux trailer. Un mouton noir s'échappe. Il s'âgît, comme à son habitude de Stéphane Bégaud. Celui-ci carracolera en tête avant de jouer une belle bataille de chat et la souris avec Dawa, qui Gagne. 3 ème C'est mon ami Gapençais Hervé Giraud-Sauveur qui est très en forme et ce des les 1er instant où il est toujours resté au contact de la tête de course! Plus loin les autres qui ont bien bataillé aussi mais 10' plus loin au terme de la course. Je prends le meilleur sur ces outsiders en faisant un beau finish rassurant. 10 à Puyloubier, le dernier ravito, je fini 4ème. De très bon augure de mon point de vue car je ne pensait pas tenir vu mes volumes d'entraînement. J'ai vraiment du mal je constate à sortir des hivers! Jambes sans puissance tout le long mais finalement resistantes sur la durée et une bonne  régularité de l'allure.
C'est une bonne course d'ensemble des CHASKIS de QUECHUA. Avec Dawa biensûr mais aussi Guillaume (Le Normand), que je rattrape avant Bonino et la dernière descente. Je suis attristé pour Seb (Talotti) avec qui j'ai fait la majorité de la course et qui pris d'une gastro sur la fin de parcours fut contraint à l'abandon. Mais je suis confiant pour lui pour la suite de la saison.

Les fameux Yorick et Alexis du sympatique club de Sommieres athlétisme que j'ai enfin rencontrés!
Très beau trail. bravo à Philippe Exposito, Eric...ainsi qu'à toute l'équipe organisatrice.
Et merci pour leur acceuil.
Une erreur est survenue dans ce gadget